.

retour
deleted file
(fichiers supprimés)

le 19 octobre 2005

 

Commission civile des services
____policiers de l'Ontario
1er étage
25, rue Grosvenor
Toronto M7A 1Y6


Objet de plainte : l'envoi "inexcusable" de l'Unité psychiatrique
_____________
de la Police d'Ottawa de quatre (4) personnes à mon domicile

Le 27 avril 2005 j'ai téléphone au Bureau du Chef de Police pour savoir si je
pourrais être
dédommagé pour le chef d'harcèlement téléphonique il y a 10 ans
parce le dernier juge
qui traita le cas confirma que l'affaire ne relèvait point du
tribunal criminel mais plutôt
du tribunal familial ce que je fis comprendre aux
policiers tout à fait au début.

J'étais censé de parler au sergent Maheux, mais fut obligé de parler au sergent
Bell qui
m'a dit qu'il ne pouvais rien faire parce que l'affaire avait eu lieu plus que
six (6) mois.

Suite à ça quelqu'un m'a téléphoné sans donner son nom me disant que le
Chef de Police
l'a confié la tâche de régler mon problème.

Je lui ai demandé son nom. Il refusa de me le donner disant qu'il voulait me
voir au plus vite.

Il était déjà 14h30 et je lui dis que je devais me préparer pour aller au travail.

Il m'a dit qu'il voulait me voir absolument.

Je lui dit que je ne pouvais pas accéder à sa requête.

Et à ce moment-là il claqua le récepteur.

Une trentaine de minutes plus tard, l'équipe psychiatrique de quatre (4) personnes
[deux
(2) hommes et deux (2) femmes avec civière et dispositif d'oxygène selon le
dire d'une
des personnes sur mon étage] fut à m'a porte.

Ils me demandère à travers la porte qui est mon médecin et quel hôpital je fréquen-
tais.


_______________________________________________________________.../2

______________________________-2-

 


J'ai repeté cinq (5) fois en anglais : "This is VERY SERIOUS HARASSMENT.
Please
GO AWAY."

C'est claire qu'ils agissaient de façon illégale tout comme dans l'incident de
James Brian,
un patient mental incarceré dans de Centre de détention
d'Ottawa par la Police d'Ottawa
pour plus d'un an où il y trouva sa mort.
I'incident fut reporté dans un article du journal,
The Ottawa Sun, le 2
novembre 2004.

Incapable d'une "intention criminelle" un patient mental ne devrait JAMAIS
se retrouver
dans le système penal.

Conséquemment, je veux être dédommagé pour les deux (2) incidents :
500 000 $ pour le
chef d'harcèlement téléphonique farfelu et 500 000 $
pour l'incident avec l'unité psychiatrique
de la Police d'Ottawa.



Kenneth Sélin 
~~~ 

B.A.(psychologie), B.A.(espagnol), B.Admin., B.Comm. (Spécialisation),

B.A. (italien) magna cum laude
~~~
Président/Chef 
du Parti d'Égalité du Canada

http://www.eh-ok.ca

~~~
Décriminalisons le Gouvernement : 
à TOUS LES NIVEAUX !

~~~